Les partenaires culturels

_

Par le biais de conventions, les bibliothèques ou les médiathèques peuvent mettre à disposition des espaces, de manière payante ou gratuite selon les lieux et les demandes.

Les bibliothécaires sont régulièrement engagé.e.s dans des accompagnements hors les murs, par exemple dans les crèches ou les écoles.

Les collections peuvent aussi être déplacées provisoirement dans les crèches ou les écoles, afin de promouvoir le plaisir de lire auprès des plus jeunes.

Sur demande ponctuelle ou dans le cadre de projets plus étendus dans le temps, les structures accueillent des groupes, des associations, des classes...

Certain.e.s bibliothécaires se sont spécialement formé.e.s à l'accueil de personnes porteuses de handicaps physiques ou cognitifs.

Les occasions de relier les actions socio-culturelles et les médiathèques sont nombreuses : journées à thème, par exemple la journée des droits de la femme, commémorations historiques ou animations socioculturelles locales forment autant de rendez-vous avec le livres et la lecture.

Vu de ma fenêtre : atelier d'écriture sur Internet

Un atelier d'écriture en ligne

Si beaucoup de choses sont en suspens en ce moment, l'esprit et la créativité ne souffrent d'aucune pause. Ils sont libérateurs et (re)fondateurs de ce monde à réinventer. 

Vous avez partagé vos émotions, vos ressentis, vos envies avec Joëlle Ecormier : pour en savoir plus, consultez le blog de cet atelier.

Retrouvez ici les textes produits lors de cet atelier qui se tiendra du 25 avril au 10 mai.

Le blog sur bit.ly/vudemafenetre
#vuedemafenetrereunion

Lire à la fenêtre : les textes de l'atelier

Vu de la fenêtre de Joëlle

_

Vu de ma fenêtre, la caravane ne passe plus,
les chiens continuent à aboyer.
Les enfants ne jouent plus sur le parking en bas.
Le ballon est prisonnier.
Les voitures dorment sur leur place de stationnement.
Les grues sont immobiles.
La route n’avance plus. Peut-être qu’elle se trompait de chemin.
Vu de ma fenêtre, tout stationne.
Sauf les oiseaux.
Les pigeons volent d’un toit à un autre,
corps droit, ailes battantes, en solitaire ou à deux.
À la fin du jour, vu de ma fenêtre, les hirondelles font leur numéro de voltige.
Qu’on ne me dise pas que les oiseaux n’éprouvent pas la joie du vol.
Vu de ma fenêtre, j’aperçois la frondaison du grand neem qui veille sur le quartier.
La grande antenne rouge et blanc en face,
pourrait-elle, à partir de maintenant, émettre des ondes calmes et douces ?
L’océan Indien n’a jamais été aussi libre, vu de ma fenêtre.
Et les nuages aussi merveilleux parce qu’ils passent.
La nuit, vu de ma fenêtre, il y a une grosse étoile très brillante à l’ouest,
ne me dites pas comment elle s’appelle,
nous nous sommes trop trompés sur le nom des choses.
Celui de l’amour, de la beauté, du bonheur, le nom de Dieu.
J’écoute l’étoile, elle dit : « Patience, la nouvelle aube vient. »
L’horizon obscurci par la nuit sait lui aussi qu’un autre bleu l’attend.
Il y a tant à aimer, vu de ma fenêtre.

par Joëlle.